— Oser la révérence au sommet de sa gloire,
Baisser le couvre-chef au milieu de ces chauves,
Humilité suprême, honneur consolidé… —  

« À quoi bon cantonner ma vigueur à ce faux
Leitmotiv qui n’est plus que vive illusion ?
Pauvres, faibles sont ceux qui refusent d’admettre
Que le jour a changé de même que les cœurs !
Ce que je fis hier garantit mon étoile,
Cependant j’entends là venir avec le vent
Le soupir si puissant, la capitulation… »

—  Déjà faible, il allait refermer le coffret
Sur ses espoirs, ses doutes, sur ses souvenirs.
Il s’en allait brûler à jamais la recette
Qui tant de fois jadis avait fait la lumière… —  

« Tenez donc, mangez, flammes intarissables,
Le fruit de mon labeur, joyau de ma jeunesse.
Je ne suis plus l’enfant qui rêvait d’idéal,
J’ai bu le sang du monde et ma vue a changé.
Mangez ce qui jadis aurait fait mon bonheur
Et qui devant ce jour n’est plus d’aucun secours… »    

— Oser jeter son cœur au brasier de l’oubli
Qu’il consume tout ce qui faisait l’entité
Et partir de nouveau à l’assaut des années 
N’ayant pour seuls recours qu’une plume nouvelle,
Une encre immaculée, des pages virginales… —  

« Puisque vie et mouvement sont de si vieux amis,
Je serai plus léger que plume d’ilalou,
Délivrerai ma barque du poids du passé
Pour suivre sagement le courant du Léthé… »  

W.P

Publicités